En Français

Website: 
http://

 

Réaction des évêques catholiques de Saskatchewan à l'euthanasie et au suicide médicalement assisté Journée mondiale des malades, 11 février 2017

Introduction

Il y a deux ans, la Cour suprême du Canada invalidait les articles de loi interdisant l'euthanasie et le suicide médicalement assisté (SMA). Depuis, de concert avec tous les diocèses et organismes catholiques du pays, et souvent aussi avec l'appui d'autres communautés chrétiennes et confessions religieuses, nous avons tenté d'exprimer et d'articuler notre opposition au SMA et à l'euthanasie.

● En juillet 2015 ainsi qu'en mars 2016, dans des lettres pastorales, nous avons fait valoir que la souffrance ne justifie pas l'élimination d'une vie humaine; que l'accès aux soins palliatifs, avec une prise en charge adéquate des symptômes et de la douleur, doit être amélioré pour offrir à toutes et tous une alternative réelle à l'élimination d'une vie en réponse au soulagement de la souffrance; que la liberté de conscience du personnel médical et des administrateurs des établissements de santé doit être respectée1.

● Pour définir notre position sur le SMA et en informer les fidèles, nous avons établi un comité formé de représentants d'établissements de santé catholiques, de notre éparchie et de nos diocèses respectifs. Ce comité nous a aidés à mobiliser les fidèles dans la défense de notre cause; à réunir des partenaires oecuméniques et interreligieux pour rédiger, au printemps de 2016, une déclaration commune de soutien aux soins palliatifs et à la protection de la liberté de conscience, et à envoyer une délégation interreligieuse à l'Assemblée législative provinciale avec notre message2; à la préparation du matériel de promotion de la vision catholique de soins pour les mourants, y compris de brèves vidéos sur les soins palliatifs et les soins de longue durée3.

● Les cinq évêques de la Saskatchewan commanditent Emmanuel Care, qui coordonne le ministère des soins de santé catholique en Saskatchewan. Emmanuel Care et le personnel des établissements catholiques ont élaboré ensemble une politique qui énonce sans équivoque que nos établissements n'offriront pas le SMA. Ces actions publiques, de pair avec les interventions privées et le développement de réseaux de relations, ont permis de rallier un soutien important dans le but d’assurer l'avenir de la liberté de conscience au personnel médical, qu'il soit catholique ou d'une autre confession.

● Nos diocèses ont travaillé d'arrache-pied pour offrir à des éthiciens et des responsables catholiques l'occasion de former nos pasteurs, nos responsables laïcs, et les fidèles aux enseignements de l'Église par rapport à l'évolution de nouvelles réalités dans notre société.

À ce moment critique de la mise en oeuvre du SMA dans notre système de santé, nous avons jugé opportun de publier trois nouveaux textes, chacun conçu dans un but et pour un public particuliers. Il y a d'abord une lettre pastorale, « Vivre sa fin de vie », adressée à nos soeurs et frères dans la foi et à toutes les personnes dotées du don de vie. Le but de cette lettre consiste à engager un dialogue culturel, car nous sommes conscients que beaucoup ne comprennent pas notre opposition au SMA comme geste de compassion. Nous avons voulu exprimer ce en quoi nous croyons (plutôt que ce à quoi nous nous opposons), le défi que peut représenter le fait de placer notre confiance en Dieu, et démontrer comment notre foi invite à l'espérance. Puis, nous avons rédigé une réflexion pastorale sur Jésus : « La Parole qui est la vie », qui place le mystère pascal au coeur de notre compréhension de la signification de la mort humaine. Elle se veut une catéchèse formative pour nos propres fidèles d'abord, mais elle peut s'avérer utile à tous nos soeurs et frères chrétiens également. Enfin, nous avons mis au point des orientations pastorales, adressées aux prêtres, aux diacres et aux fidèles catholiques, destinées à apporter du soutien et des conseils à ceux qui oeuvrent auprès des mourants. Nous avons élaboré ces lignes directrices dans l'espoir qu'elles aident les personnes qui offrent un accompagnement pastoral aux mourants à suivre Jésus fidèlement, tout en étendant l'invitation de foi et de vie du Christ aux mourants tentés par le choix des circonstances de leur propre mort.

Cordialement,

Mgr Donald Bolen J. Mgr Murray Chatlain, Archevêque de Regina Archevêque de Keewatin-Le Pas

Mgr Bryan Bayda Mgr Albert Thévenot, Évêque éparchial de Saskatoon Évêque de Prince Albert

R. P. Kevin McGee, Administrateur diocésain de Saskatoon

1 http://saskatoonrcdiocese.com/sites/default/files/lettre_pastorale_sur_le_suicide_assiste_0.pdf et http://saskatoonrcdiocese.com/sites/default/files/bishop/letters/pastoral_letter_march_2016.pdf .

2 http://ecumenism.net/archive/docu/2016-06-21_saskatchewan-interfaith-statement-on-freedom-of-conscience-and-palliative-care.pdf

3 https://vimeo.com/193720740 et https://vimeo.com/193720005 .

______________________________________________________________________________

Une déclaration pour la communauté Musulmane
des évêques Catholiques de la Saskatchewan

30 janvier 2017

Chers frères et sœurs de la communauté musulmane de la Saskatchewan,

Au nom de la communauté catholique, nous voulons exprimer notre peine profonde face aux événements récents et tragiques qui ont eu lieu dans la ville de Québec, et vous offrir nos condoléances et prières pour les intentions de votre communauté qui souffre en ce moment.  Plus tôt aujourd’hui, le Saint-Père, Pape François, a exprimé ses prières pour les victimes et les blessés de l’attentat dans la ville de Québec, ainsi que pour leurs familles, demandant au Seigneur de les réconforter et de les consoler durant ces épreuves.

Nous sommes solidaires avec vous et tous les représentants des groupes confessionnels en condamnant la violence, principalement la violence au nom de Dieu, dont le nom est « Paix ».  La violence profane le nom de Dieu.  Ce geste insensé viole la sacralité de la vie humaine et le respect d’une communauté en prière et de leur lieu de culte.

Dans son message pour la paix de 2017, le pape François a dit : « Puissions-nous nous consacrer en prière et en action à bannir la violence de nos cœurs, nos mots, et nos actions, pour devenir un peuple non-violent et construire des communautés non-violentes qui prennent soin de notre terre commune. Rien n’est impossible si nous nous tournons vers Dieu en prière.  Tout le monde peut devenir un artisan de paix. »

Ensemble, nous prions avec vous que Dieu, qui est  « Paix », vous réconforte et nous amène tous ensemble à marcher dans la paix et la solidarité.  Nous nous engageons à collaborer avec vous et tous les gens de bonne volonté, pour amener la paix et nous unir à nos frères et sœurs de la foi musulmane.

En solidarité et paix,

Les évêques catholiques de la Saskatchewan

Archevêque Donald Bolen, archidiocèse de Regina
Archevêque Murray Chatlain, archidiocèse de Keewatin-Le Pas
Évêque Bryan Bayda, Éparchie de Saskatoon
Évêque Albert Thévenot, diocèse de Prince Albert
Très Révérant Kevin McGee, diocèse de Saskatoon

 

 

Déclaration'sur'la'liberté'religieuse'
Groupe'consultatif'interreligieux'chrétien'
du'Conseil'canadien'des'Églises'

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS POUR LE CARÊME 2016

"C'est la miséricorde que je veux, et non les sacrifices" (Mt 9,13).

Les oeuvres de miséricorde dans le parcours jubilaire 

1. Marie, icône d’une Église qui évangélise parce qu’elle a été évangélisée. Dans la Bulle d’indiction du Jubilé, j’ai invité à faire en sorte que « le Carême de cette Année Jubilaire [soit] vécu plus intensément comme un temps fort pour célébrer et expérimenter la miséricorde de Dieu » (Misericordiae vultus, n. 17). Par le rappel de l’écoute de la Parole de Dieu et l’initiative « 24 heures pour le Seigneur », j’ai voulu souligner la primauté de l’écoute priante de la Parole, plus particulièrement de la Parole prophétique. La miséricorde de Dieu est certes une annonce faite au monde : cependant chaque chrétien est appelé à en faire l’expérience personnellement. C’est pourquoi, en ce temps de Carême, j’enverrai les Missionnaires de la Miséricorde afin qu’ils soient pour tous un signe concret de la proximité et du pardon de Dieu.

Parce qu’elle a accueilli la Bonne Nouvelle annoncée par l’archange Gabriel, Marie chante prophétiquement dans son Magnificat la miséricorde par laquelle Dieu l’a choisie. La Vierge de Nazareth, promise comme épouse à Joseph, devient ainsi l’icône parfaite de l’Église qui évangélise car elle a été et demeure constamment évangélisée par l’oeuvre de l’Esprit Saint qui a fécondé son sein virginal. Dans la tradition prophétique – et déjà au niveau étymologique – la miséricorde est étroitement liée aux entrailles maternelles (rahamim) et à une bonté généreuse, fidèle et compatissante (hesed) qui s’exerce dans les relations conjugales et parentales.

2. L’alliance de Dieu avec les hommes : une histoire de miséricorde Le mystère de la miséricorde divine se dévoile au cours de l’histoire de l’alliance entre Dieu et son peuple Israël. Dieu, en effet, se montre toujours riche en miséricorde, prêt à reverser sur lui en toutes circonstances une tendresse et une compassion viscérales, particulièrement dans les moments les plus dramatiques, lorsque l’infidélité brise le lien du pacte et que l’alliance requiert d’être ratifiée de façon plus stable dans la justice et dans la vérité. Nous nous trouvons ici face à un véritable drame d’amour où Dieu joue le rôle du père et du mari trompé, et Israël celui du fils ou de la fille, et de l’épouse infidèles. Ce sont les images familières, comme nous le voyons avec Osée (cf. Os 1-2), qui expriment jusqu’à quel point Dieu veut se lier à son peuple.

Ce drame d’amour atteint son point culminant dans le Fils qui s’est fait homme. Dieu répand en lui sa miséricorde sans limites, au point d’en faire la « Miséricorde incarnée » (Misericordiae Vultus, n. 8). En tant qu’homme, Jésus de Nazareth est fils d’Israël dans le plein sens du terme. Il l’est au point d’incarner cette écoute parfaite de Dieu demandée à tout Juif par le Shemà qui constitue, aujourd’hui encore, le coeur de l’alliance de Dieu avec Israël : « Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de toutes tes forces » (Dt 6, 4-5). Le Fils de Dieu est l’Époux qui met tout en oeuvre pour conquérir l’amour de son Épouse. Il lui est lié par son amour inconditionnel qui se manifeste dans les noces éternelles avec elle.

Ceci constitue le coeur vibrant du kérygme apostolique où la miséricorde divine tient une place centrale et fondamentale. Il est « la beauté de l’amour salvifique de Dieu manifesté en Jésus-Christ, mort et ressuscité » (Exhort. apost. Evangelii gaudium, n. 36), cette première annonce « que l’on doit toujours écouter de nouveau de différentes façons, et que l’on doit toujours annoncer de nouveau durant la catéchèse » (Ibid., n. 164).La miséricorde alors « illustre le comportement de Dieu envers le pécheur, lui offrant une nouvelle possibilité de se repentir, de se convertir et de croire » (Misericordiae Vultus, n. 21), restaurant vraiment ainsi la relation avec Lui. En Jésus Crucifié, Dieu veut rejoindre l’homme pécheur jusque dans son éloignement le plus extrême, précisément là où il s’est égaré et éloigné de Lui. Et ceci, il le fait dans l’espoir de réussir finalement à toucher le coeur endurci de son Épouse.

3. Les oeuvres de miséricorde La miséricorde de Dieu transforme le coeur de l’homme et lui fait expérimenter un amour fidèle qui le rend capable d’être, à son tour, miséricordieux. C’est à chaque fois un miracle que la miséricorde divine puisse se répandre dans la vie de chacun de nous, en nous incitant à l’amour du prochain et en suscitant ce que la tradition de l’Église nomme les oeuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Elles nous rappellent que notre foi se traduit par des actes concrets et quotidiens, destinés à aider notre prochain corporellement et spirituellement, et sur lesquels nous serons jugés : le nourrir, le visiter, le réconforter, l’éduquer. C’est pourquoi j’ai souhaité que « le peuple chrétien réfléchisse durant le Jubilé sur les oeuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Ce sera une façon de réveiller notre conscience souvent endormie face au drame de la pauvreté, et de pénétrer toujours davantage le coeur de l’Évangile, où les pauvres sont les destinataires privilégiés de la miséricorde divine » (Ibid., n. 15). Dans la personne du pauvre, en effet, la chair du Christ « devient de nouveau visible en tant que corps torturé, blessé, flagellé, affamé, égaré… pour être reconnu par nous, touché et assisté avec soin » (Ibid.). Inouï et scandaleux mystère qui prolonge dans l’Histoire la souffrance de l’Agneau innocent, buisson ardent brûlant d’un amour gratuit, et devant lequel nous ne pouvons, à la suite de Moïse, qu’ôter nos sandales (cf. Ex 3,5) ; et ceci plus encore quand ce pauvre est notre frère ou notre soeur en Christ qui souffre à cause de sa foi.

Face à cet amour, fort comme la mort (cf. Ct 8,6), le pauvre le plus misérable est celui qui n’accepte pas de se reconnaître comme tel. Il croit être riche mais, en réalité, il est le plus pauvre des pauvres. Et s’il est tel, c’est parce qu’il est esclave du péché qui le pousse à user de la richesse et du pouvoir non pas pour servir Dieu et les autres, mais pour étouffer en lui l’intime conviction de n’être, lui aussi, rien d’autre qu’un pauvre mendiant. D’autant plus grands sont le pouvoir et les richesses dont il dispose, d’autant plus grand est le risque que cet aveuglement devienne mensonger. Il en vient à ne même plus vouloir voir le pauvre Lazare qui mendie à la porte de sa maison (cf. Lc 16, 20-21), figure du Christ qui, dans les pauvres, mendie notre conversion. Lazare est cette opportunité de nous convertir que Dieu nous offre et que peut-être nous ne voyons pas. Cet aveuglement est accompagné d’un délire orgueilleux de toutepuissance, dans lequel résonne, de manière sinistre, ce démoniaque « vous serez comme des dieux » (Gn 3,5), qui est à la racine de tout péché. Un tel délire peut également devenir un phénomène social et politique, comme l’ont montré les totalitarismes du XXe siècle, et comme le montrent actuellement les idéologies de la pensée unique et celles de la technoscience qui prétendent réduire Dieu à l’insignifiance et les hommes à des masses qu’on peut manipuler. Ceci, de nos jours, peut être également illustré par les structures de péché liées à un modèle erroné de développement fondé sur l’idolâtrie de l’argent qui rend indifférentes au destin des pauvres les personnes et les sociétés les plus riches, qui leur ferment les portes, refusant même de les voir.

Pour tous, le Carême de cette Année jubilaire est donc un temps favorable qui permet finalement de sortir de notre aliénation existentielle grâce à l’écoute de la Parole et aux oeuvres de miséricorde. Si à travers les oeuvres corporelles nous touchons la chair du Christ dans nos frères et nos soeurs qui ont besoin d’être nourris, vêtus, hébergés, visités, les oeuvres spirituelles, quant à elles, - conseiller, enseigner, pardonner, avertir, prier - touchent plus directement notre condition de pécheurs. C’est pourquoi les oeuvres corporelles et les oeuvres spirituelles ne doivent jamais être séparées. En effet, c’est justement en touchant la chair de Jésus Crucifié dans le plus nécessiteux que le pécheur peut recevoir en don la conscience de ne se savoir lui-même rien d’autre qu’un pauvre mendiant. Grâce à cette voie, "les hommes au coeur superbe", "les puissants" et "les riches", dont parle le Magnificat ont la possibilité de reconnaître qu’ils sont, eux aussi, aimés de façon imméritée par le Christ Crucifié, mort et ressuscité également pour eux. Cet amour constitue la seule réponse à cette soif de bonheur et d’amour infinis que l’homme croit à tort pouvoir combler au moyen des idoles du savoir, du pouvoir et de l’avoir. Mais il existe toujours le danger qu’à cause d’une fermeture toujours plus hermétique à l’égard du Christ, qui dans la personne du pauvre continue à frapper à la porte de leur coeur, les hommes au coeur superbe, les riches et les puissants finissent par se condamner eux-mêmes à sombrer dans cet abîme éternel de solitude qu’est l’enfer. C’est alors que résonnent à nouveau, pour eux comme pour nous tous, les paroles ardentes d’Abraham : « Ils ont Moïse et les Prophètes, qu’ils les écoutent ! » (Lc 16,29). Cette écoute agissante nous préparera le mieux à fêter la victoire définitive sur le péché et sur la mort de l’Epoux qui est désormais ressuscité, et qui désire purifier sa future Épouse dans l’attente de son retour.

Ne laissons pas passer en vain ce temps de Carême favorable à la conversion ! Nous le demandons par l’intercession maternelle de la Vierge Marie, qui, la première, face à la grandeur de la miséricorde divine dont elle a bénéficié gratuitement, a reconnu sa propre petitesse (cf. Lc 1,48) en se reconnaissant comme l’humble Servante du Seigneur (cf. Lc 1,38). 

Du Vatican, 4 octobre 2015
Fête de Saint-François d’Assise
François

___________________________________________________________

         

CONSEIL PASTORAL FRANCOPHONE INTER - DIOCÉSAIN DE LA SASKATCHEWAN

Le Conseil pastoral francophone interdiocésain de la Saskatchewan (CPFIS) a une réunion dans chaque diocèse de la province au moins une fois par année avec l’évêque du diocèse.  Le CPFIS dialogue avec  les évêques au sujet des défis et des besoins des paroisses francophones et bilingues.  Inclus ci-dessous sont des sujets d’intérêt des  paroisses francophones et bilingues de la province.

  • Fonds Raymond Carignan – Le Fonds Raymond Carignan a été fondé afin de pouvoir offrir des bourses pour appuyer des initiatives religieuses aux jeunes catholiques de nos paroisses.  Un certain montant d’argent est versé dans le fonds Raymond Carignan chaque année.  Cette année le CPFIS a versé 3000$ à la Fondation Fransaskoise, ce montant d’argent a été remis au Fonds Raymond Carignan.  Aujourd’hui le Fonds Raymond Carignan a accumulé $10,137.86.  Merci   à tous ceux et celles qui ont contribués à la dernière campagne de la fondation.
  • Journée Mondiale de la Jeunesse – L’idée d’avoir un pèlerinage interdiocésain francophone pour les jeunes des paroisses francophones et bilingues est discutée.  L’abbé Jean-Marc Mireau organise le pèlerinage.  La Journée mondiale de la jeunesse aura lieu en 2016.
  • Politique linguistique– Les évêques sont encouragés à recruter activement des prêtres d’expression française/bilingue.  Le CPFIS suggère que les évêques fassent leur possible pour que les paroisses soient servies en français.  Monseigneur Albert Thévenot est encouragé de rencontrer Florent Bilodeau ou André Moquin pour présenter la Politique Linguistique aux prêtres du diocèse de Prince Albert.  La politique linguistique a été présentée aux prêtres des diocèses de Régina et de Saskatoon.
  • Monseigneur Albert Thévenot  est l’évêque représentant de la province au CPFIS, la présence continuelle des évêques.  Un effort à établir une liaison entre les paroisses et les écoles fransaskoises est un des buts du CPFIS.
  • Diocèse de Saskatoon – Louise Bussière fait partie de la Commission de Liturgie du diocèse.  Aussi Monseigneur Donald Bolen est prêt à mettre sur pied un organisme équivalant du CPFAR, (le conseil pastoral francophone de l’archidiocèse à Régina)  pour les Francophones du diocèse de Saskatoon.  Le but de cet organisme  serait de se pencher sur les défis et les besoins des paroisses francophones et bilingues du diocèse de Saskatoon.
  •  Messe pour les Francophones – Une proposition de célébrer une messe pour les Francophones chaque deux ans dans un des trois diocèses a été adoptée par le CPFIS.   La prochaine messe sera en 2014.  Une réunion d’information pour les  Francophones de la province aura lieu la même fin de semaine que la messe pour les Francophones.

 Le CPFIS cherche toujours à bien communiquer avec les paroisses francophones et bilingues.  Si vous voulez recevoir de plus amples renseignements concernant le travail du CPFIS, n’hésitez pas de contacter le président, Michel Lepage (306- 258-4623 ou mdlepage [at] yahoo.ca) ainsi que le vice-président, Marcel Michaud (306-584-3636 ou mcmichaud2003 [at] yahoo.ca).

________________________________

Urban Aboriginal Non-Aboriginal Relations Ministry:
(presented by Sr ReAnne Letourneau, p.m., and others) 


Florent Bilodeau: Gestion Scolaire Francophone en Saskatchewan 1867-2013



Rev. Dr John Meehan, S. J., on the Jesuitness of Pope Francis:

________________________________

What's New

Projet du Conseil Langevin et la Paroisse St Jean-Baptiste

Neuvaine pour le 100e anniversaire des apparitions à Fatima

 

Il y a neuf mois avant le centenaire des apparitions à Fatima. Donc, le Conseil Langevin et la Paroisse St Jean-Baptiste proposent que nous faissions une neuvaine au courant des neuf mois. Puisque la Dame du Rosaire a apparu pour la première fois le 13 mai, 1917, nous aurons une soirée de prières le soir du 13 chaque mois d'ici au mois de mai.

La soirée de prières debutera avec l'exposition du Saint Sacrement à 18h00.  Il restera exposé pour 3 heures.  Au début de chaque heure le rosaire sera récité avec autres prières.  Ceci sera suivi avec un temps de réflexion et de méditation personnelle.  Nous aurions besoin des personnes pour chaque heure que le Saint Sacrement est exposé. Voir la pancarte...

Read More

Souper Paroissal d'automne 2016

Last updated on September 1, 2016

L’Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) est à la recherche d’une nouvelle directrice ou d’un nouveau directeur bilingue.

Pour en savoir davantage, cliquez ici.

Nomination d'un archevêque à Regina

Last updated on July 11, 2016

Mgr Bolen est né le 7 février 1961 à Gravelbourg, en Saskatchewan. Il détient un baccalauréat en études religieuses de l'Université de Regina, un baccalauréat et une maîtrise en théologie, ainsi que d'une licence de l'Université Saint-Paul à Ottawa. Après qu'il fut ordonné à la prêtrise le 12 octobre 1991 pour l'archidiocèse de Regina, il a fait des études supérieures en théologie à l'université d'Oxford, en plus de servir comme prêtre modérateur dans plusieurs paroisses de l'archidiocèse et à enseigner au Campion College, à l'Université de Regina. De 2001 à 2008, il a travaillé avec le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens où il fut membre du personnel pour les relations avec la communion anglicane et avec le Conseil méthodiste mondial.

À son retour en 2009 pour l'archidiocèse de Regina, il a occupé la chaire Nash en religion au Campion College et a servi comme vicaire général et curé de plusieurs...

Read More

Poste d’agent ou agente de pastorale avec tâches de soutien administratif à temps plein pour la Paroisse Saint-Jean-Baptiste de Regina, paroisse catholique de langue française qui dessert la communauté de Regina en Saskatchewan.

Fin du concours le 15 juin 2016

Nature du travail

L’agent ou l’agente de pastorale assume la fonction d’animateur ou d’animatrice de pastorale paroissiale en français avec le curé et l’équipe bénévole pastorale. Cette personne forme, soutient et accompagne les paroissiens et les paroissiennes dans la prise en charge de la vie communautaire chrétienne. Elle collabore avec le curé dans la coordination et l’animation des célébrations liturgiques, la préparation aux sacrements et à l’éducation de la foi. Elle accomplit des tâches d’accueil, de soutien administratif.

Qualifications

Témoigner d’une vie de foi authentique, d’une charité et d’une espérance inspirées de l’Évangile et vécues en Église. Solidarité avec les membres de l’... Read More

Tragédie à Fort McMurray

Last updated on May 10, 2016

Traduction non officielle de la CECC

NONCIATURE APOSTOLIQUE
Ottawa, le 6 mai 2016

N.  952/201

Excellence,

Je m’empresse de vous transmettre le message de Sa Sainteté le pape François, signé de la main du Cardinal Secrétaire d’État, après qu’il eut été informé de la tragédie à Fort McMurray :

Le Saint-Père a été attristé d’apprendre la detragédie à Fort McMurraystruction et la détresse causées par les graves feux de forêt qui font rage dans la région de Fort McMurray, et il vous assure de ses prières pour toutes les personnes déplacées, les enfants en particulier, qui ont perdu leur foyer et leurs moyens de subsistance. Il demande au Seigneur de bénir les autorités civiles et les personnes qui coordonnent l’évacuation et l’hébergement des sans-abri, et de donner la force et la persévérance à tous ceux et celles qui combattent les feux. Sur toutes les personnes affectées par cette catastrophe, le...

Read More

Brunch d'appréciation

Last updated on April 5, 2016

Un brunch est prévu le dimanche 24 avril après la messe de 11h00.

Vente de billets en avance (le 03 avril et le 17 avril)

30$ par famille, 12$ par adulte, 8$ par étudiant, 6$ par enfant (6-12 ans) et gratuit pour les moins de 6ans.

À la porte

35 $ par famille, 15 $ par adulte, 10 $ étudiant ; et 8 $ par enfant (6 ans-12 ans)

Ce brunch est organisé par le Conseil Langevin #4280 (Chevaliers de Colomb) en reconnaissance du travail que certains.nes de nos paroissiens et paroissiennes ont réalisé auprès des nouveaux arrivants, refugiés et immigrants, notamment de l'Afrique francophone. Cette ouverture à l’autre est tout à fait remarquable et souligne la raison d’exister de notre Comité de justice sociale et, le chaleureux accueil envers nos nouveaux membres. Les profits du brunch iront au Fonds de secours de la paroisse.

Toute personne qui aimerait faire un témoignage ou adresser un mot de remerciement, pour avoir...

Read More

Vacances avec Jésus

Les petites soeurs de la Famille Myriam vous invitent au Camp Biblique en français qu’elles organisent pour les enfants de 5 à 13 ans, du mardi 12 juillet au vendredi 15 juillet 2016 de 10h00 à 15h30. Le coût est de 25$ par enfant ou de 60$ par famille. Pour toute information ou pour une inscription, consulter l’affiche dans le corridor ou simplement appeler la Famille Myriam au 306-761-0528.

 Souper paroissial d’automne 2016

Il s’agit de notre grand rendez-vous annuel, qui se tient habituellement à l’automne et qui joue trois grands rôles pour la paroisse :

Ø Le premier étant l’occasion de partager avec les plus démunis (nos familles de la paroisse, Marian Center et Sophia House).

Ø Le deuxième aspect est financier. Grâce au souper paroissial 2015, nous avons fait

 

un profit net de 4, 250.00 $

Ø Le troisième aspect est tout simplement la visibilité de la paroisse...

Read More

Les activités de la Famille Myriam

Last updated on March 1, 2016

- Samedi, 19 mars 2016:

Activité Biblique: Les Défis Jeunesse Myriam pour enfants (5-11 ans) de 10h à 11h45 a.m. (parents bienvenus : il y aura une activité pour vous en même temps !)

- Voici nos heures d’adoration pour le mois de janvier, du mardi au vendredi : les 1,2,9,10,18,22,30,31 mars: Adoration silencieuse: de 16h-17h. Bienvenue à tous !

- Mardi le 1er mars : Soirée de prière en français de 5-9, en commençant avec la messe à 17h, le souper à la fortune du pot. Chants, enseignement, prière. Contactez-nous au 306-761-0528. Merci! Famille Myriam 2527E Margaret Pl Regina.

Pages