Archevêque Message de Noël 2017

Printer-friendly versionSend by email

Chers soeurs et frères en Jésus-Christ,

Paix et joie! L'Enfant Jésus est né parmi nous!

Il y a plusieurs années, lorsque je travaillais à Rome, j'ai eu l’occasion de visiter Naples, en particulier le quartier où les résidents fabriquent et vendent de belles scènes de la Nativité. Un élément fascinant a attiré mon attention : les charmants petits bâtiments qui abritaient ces crèches ressemblaient à leu

rs propres humbles maisons. Quelle belle façon de démontrer l’enfant Jésus venant au monde dans leur réalité.

Il est intéressant de voir comment les communautés chrétiennes de pays et de cultures bien différentes produisent des scènes de la nativité, y inclus les personnages, qui démontrent, selon leur vécu, ce que serait une naissance dans des circonstances très humbles. Ceci n'est pas signe d'égocentrisme d’une culture en particulier, mais plutôt une profonde perspicacité qui démontre que Jésus, né à un endroit et à un moment particulier, vient à notre rencontre tout comme le bon berger de l’évangile dont Jésus parlait si souvent.

pape François surnomme «le trait définissant de Dieu», à notre tour nous Lui chantons une berceuse, par l’entremise de Marie et Joseph.

Il est tout à fait naturel que chaque communauté culturelle, à travers le monde où ce message est répandu, définisse ses propres façons de célébrer avec joie et étonnement.  Dieu vient à nous là où nous sommes. Et il est à propos de se demander : si Jésus venait dans notre monde aujourd'hui, où choisirait-il de naître? Le reconnaîtrions-nous? Comment pourrions-nous décrire sa naissance? Où devrions-nous le chercher? Où nous trouvera-t-il?

Si Dieu vient à nous dans l’ombre et la pauvreté, dans la simplicité et la vulnérabilité, nous faisons bien, chers amis, de le chercher là où IL se trouve : dans l'enfant réfugié, dans la femme qui a souffert l'abus, dans l’individu qui se sent abandonné, dans le jeune qui se sent marginalisé, dans les personnes qui se sentent écartées. Aussi, nous devons aller au-devant de ceux que nous avons blessés, ceux que notre église, notre communauté ou notre société ont blessés et marginalisés. Allons à la rencontre du Christ qui se trouve parmi eux. Et, n'oublions pas d’avouer notre propre vulnérabilité, nos propres blessures. Le Seigneur vient aussi en nous, car là ou nous sommes, nous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur!

Le Christ est né! Venez, adorons-le!

Bien à vous par la grâce de l'Enfant de la crèche,

 

 

Donald Bolen

Archevêque de Regina