Search form

Archbishop Don's Good Friday Letter to Victims of Clergy Sexual Abuse

Alt

Good Friday, 2021

Open letter to all those who have been wounded by the effects of clergy sexual abuse within the Archdiocese of Regina

As I write to you today, I am mindful of the agony resulting from the scourge of clergy sexual abuse that was perpetrated on each and every victim. The parallels between the crucifixion of Jesus that we remember today are mirrored by the desecration of body, mind and soul of victims.  We can never stop saying we are sorry, but that is not enough; we must take action to bring about change, transparency and accountability.

Over the last four years we have listened to, walked with, and began to really understand who our best teachers are: it is you, the victims. Thank you for showing us a way forward. Thank you for your courage in sharing the pain and torment that is your individual lived experience, your truth. Thank you for showing and reminding us that we must do better.

Early in my tenure as Archbishop, a core working group was established. The mandate of the Core Working Group [link: https://archregina.sk.ca/report-clergy-abuse/core-working-group-mandate], with direct input from victims, is to have an open transparent and accountable process to discern the overall direction of the archdiocese in responding to the legacy of clergy sexual abuse and in taking action to prevent further abuse from occurring. The Core Working Group works in the drafting, implementation and oversight of the Clergy Sexual Abuse Policy, and reviews this policy on a semi-annual basis with the possibility of updating it. They also review other policies which relate to clergy sexual abuse and its prevention. The Core Working Group oversees education and formation initiatives on the life-long consequences of clergy sexual abuse, on accompaniment of victims, and on the recognition and prevention of potentially abusive behaviour. None of these initiatives is undertaken without consultation from victims.

Thanks to significant input from victims, we have been able to look at where and how to move forward. Prior to Covid, prayer services were being held in every deanery and in many parishes. Every service had at least one victim as part of the writing process. The aim was to have at least one victim present at each prayer service. These services provided an opportunity for the larger church to hear your anguish.

In addition to the prayer services, education has become a key component in working toward transparency and accountability. Each educational event has presented the voice of a victim, allowing non-victims to hear in often painful ways the truth of how clergy sexual abuse affects people. Education will be an ongoing process and victims' voices will not be silenced, but rather celebrated for their courage in bringing clergy sexual abuse into the light.

Each time we ask a victim to help us, we recognize that their wounds are reopened. Your sharing has helped us to ask the question, who is helping victims to heal their wounds, walking with them, accompanying them? The response was twofold: counselling and accompaniment.

Once again, we asked victims to help us. Even in your hurt and pain you have answered the call. Thanks to a recommendation from a victim, a trauma counsellor, trained in childhood sexual abuse, is available to work with all victims of clergy sexual abuse, with no charge to you and no need to report to the diocese. Again at the recommendation of a victim, we have begun a series of accompaniment workshops (the next is on April 11th) for people to learn how to walk with victims. The burden that each victim carries is heavy: it is time for others to help carry that burden that was so unfairly placed on you.

Finally, in January 2021, the Archdiocese took a bold step by creating a new position that is staffed by a victim, specifically to provide services and advocacy for victims as well as to work closely with my office and others to ensure we continue to move forward toward transparency and accountability. If you as a victim would have any questions, concerns or requests, or would like information about accompaniment workshops, prayer services or educational events, please feel free to contact Pamela Walsh at victimserviceadvocacyatgmail [dot] com or the Delegate, Fr. Brad Fahlman, at enquiryatarchregina [dot] sk [dot] ca.

Two years ago, a Way of the Cross was prepared that gave voice to the experience of victims who have been nailed to the cross by abuse, presenting in the first person the voice of the victim. This Good Friday permit me to share with you this brief excerpt:  

"I too, want to be taken down from the cross of my pain. I do not want to be kept fastened to the cross as the church continues its lies, deceit, and cover-up. I want to be free from the clutches of despair and the torment to stop. How can I be freed from this cross? I can’t do it alone. I need support. I need a church that cares, risks being honest with itself and is accountable. Although my trust has been shattered and all hope lost, I want to be able to grieve for the parts of me that died the day the abuse started. I also grieve for those victims who remain nailed to their cross."

We do not want you to be nailed to the cross, but rather, we want you among us so we can accompany you and walk together. As the darkness is upon us today, let the light of Easter bring transformation as Christ rises from the tomb and love and life prevail over hate and death. Through that light, let us recognize ever more deeply that victims are not to be blamed but to be listened to, and let all people of the Archdiocese open their hearts and minds to a new way of walking with you in hope.

 

Sincerely yours,

Donald J. Bolen

Archbishop of Regina

DJB:bg

Open Letter to Victims of Clergy Sexual Abuse - Good Friday 2021 - English

___________________________________________________________________________________________

Vendredi saint 2021

Lettre ouverte à toutes les personnes qui ont été blessées par les effets des abus sexuels commis par le clergé dans l'archidiocèse de Regina

En vous écrivant aujourd'hui, je suis conscient de l'agonie résultant du fléau des abus sexuels commis par des membres clergé sur chaque victime. Un parallèle s’établit entre la crucifixion de Jésus dont nous nous souvenons aujourd'hui et la profanation du corps, de l'esprit et de l'âme des victimes. Nous ne pouvons jamais cesser de dire que nous sommes désolés, mais cela ne suffit pas; nous devons agir pour apporter le changement, la transparence et la responsabilité.

Au cours des quatre dernières années, nous avons écouté et accompagné, pour finalement nous apercevoir que nos meilleurs professeurs, c'est vous, les victimes. Merci de nous avoir montré la voie à suivre. Merci pour le courage que vous démontrez en partageant la douleur et les tourments qui constituent votre expérience personnelle, votre vérité. Merci de nous montrer et de nous rappeler ce que nous devons améliorer.

Au début de mon mandat d'archevêque, un groupe de travail a été créé. Le mandat du groupe de travail [https://archregina.sk.ca/report-clergy-abuse/core-working-group-mandate], assisté par la contribution directe des victimes, consiste a offrir un processus ouvert, transparent et responsable pour discerner la direction générale que doit adopter l'archidiocèse en réponse à l'héritage des abus sexuels commis par le clergé et à prendre des mesures pour prévenir tout abus à l'avenir. Le groupe travaille à l'élaboration, à la mise en œuvre et à la supervision d une politique sur les abus sexuels commis par des membres du clergé, et révise cette politique sur une base semestrielle avec la possibilité de la mettre à jour. Il examine aussi d'autres politiques relatives aux abus sexuels commis par des membres du clergé et à leur prévention. Il supervise également les initiatives d'éducation et de formation sur les conséquences à vie pour les victimes des abus sexuels commis par des membres du clergé, sur l'accompagnement des victimes, et sur la détection et la prévention des comportements potentiellement abusifs. Aucune de ces initiatives n'est entreprise sans consulter les victimes.

Grâce à l'importante contribution des victimes, nous avons été en mesure de déterminer où et comment aller de l'avant. Avant les restrictions liées à la COVID, des services de prière s'étaient tenus dans chaque doyenné et dans de nombreuses paroisses. Au moins une victime participait au processus de rédaction de chaque service. Le but était d'avoir au moins une victime présente à chaque service de prière. Ces services ont permis à l'église dans son ensemble d'entendre votre angoisse. 

En plus des services de prière, l'éducation est devenue un élément clé de l'effort de transparence et de responsabilité. Chaque événement éducatif a présenté la voix d'une victime, permettant aux non-victimes d'entendre, de manière souvent douloureuse, la vérité sur la façon dont les abus sexuels commis par le clergé affectent les gens. L'éducation sera un processus continu et la voix des victimes ne sera pas réduite au silence, mais plutôt célébrée pour le courage de la part des  victimes de révéler les abus sexuels commis par le clergé.

Nous sommes conscients que les blessures sont rouvertes chaque que fois que nous sollicitons l'aide d'une victime. Votre partage nous a permis de formuler la question suivante : qui aide les victimes à guérir leurs blessures, qui marche avec elles, qui les accompagne? La réponse comportait deux volets : le counseling et l'accompagnement. 

Une fois de plus, nous avons demandé aux victimes de nous aider. Malgré votre blessure et votre douleur, vous avez répondu à l'appel. Grâce à la recommandation d'une victime, un conseiller en traumatologie, formé aux abus sexuels pendant l'enfance, est disponible pour travailler avec toutes les victimes d'abus sexuels commis par le clergé, sans frais et sans avoir à passer par le diocèse. Toujours sur la recommandation d'une victime, nous avons commencé une série d'ateliers d'accompagnement (le prochain aura lieu le 11 avril) pour que les gens apprennent à accompagner les victimes. Le fardeau que chaque victime porte est lourd : il est temps que d'autres vous aident à porter ce fardeau qui vous a été si injustement imposé. 

Enfin, en janvier 2021, l'archidiocèse a pris une mesure audacieuse en créant un nouveau poste occupé par une victime, spécifiquement pour fournir des services et défendre les victimes, ainsi que pour travailler en étroite collaboration avec mon bureau, entre autres, pour s'assurer que nous continuons à aller de l'avant vers la transparence et la responsabilité. Si, en tant que victime, vous avez des questions, des préoccupations ou des demandes, ou souhaitez vous renseigner sur les ateliers d'accompagnement, les services de prière ou les événements éducatifs, n'hésitez pas à contacter Pamela Walsh au victimserviceadvocacyatgmail [dot] com ou le délégué, le P. Brad Fahlman, à enquiryatarchregina [dot] sk [dot] ca.

Il y a deux ans, un chemin de croix a été conçu pour intégrer l'expérience des victimes qui ont été clouées sur la croix par des abus sexuels, en présentant à la première personne la voix de la victime. En ce Vendredi saint, permettez-moi de partager avec vous ce bref extrait :

Moi aussi, je veux descendre de ma croix de douleur. Je ne veux pas rester cloué à la croix pendant que l'église continue ses mensonges, ses tromperies et ses dissimulations. Je veux être libéré des griffes du désespoir et que mon tourment prenne fin. Comment puis-je me libérer de cette croix? Je ne peux pas le faire seul. J'ai besoin de soutien. J'ai besoin d'une église qui se soucie de moi, qui ose être honnête avec elle-même et assume ses responsabilités. Bien que ma confiance ait été trahie et tout espoir perdu, je veux pouvoir pleurer les parties de moi qui sont mortes le jour où les abus ont commencé. Je pleure aussi les victimes qui restent clouées à leur croix.

Nous ne voulons pas que vous restiez cloué à la croix, mais plutôt que vous soyez parmi nous afin que nous puissions vous accompagner et marcher ensemble. S'il est vrai que les ténèbres sont sur nous aujourd'hui, laissons la lumière de Pâques opérer la transformation lorsque Christ sort du tombeau et que l'amour et la vie l'emportent sur la haine et la mort. Grâce à cette lumière, puissions-nous reconnaître, au plus profond de nous, que les victimes ne doivent pas être blâmées, mais écoutées, et puissent tous les fidèles de l'archidiocèse ouvrir leur cœur et leur esprit à une nouvelle façon de marcher avec vous dans l'espérance.

Bien sincèrement,

✠Donald J. Bolen

Archevêque de Regina

DJB:bg

Open Letter to Victims of Clergy Sexual Abuse - Good Friday 2021 - Francais

Page URL: http://archregina.sk.ca/news/2021/04/01/archbishop-dons-good-friday-letter-victims-clergy-sexual-abuse