Message de Noël 2021 de l'archevêque Bolen

Alt



À l'approche de Noël cette année, de nombreuses personnes ont dû trouver le courage et la résilience nécessaires pour continuer, et pour trouver un lieu de gratitude et de joie. Il y a quelques jours, sur internet, je suis tombé sur une histoire de l'auteure américaine Grace Paley, qui raconte que son père, alors âgé et alité, lui a expliqué comment persévérer malgré la vieillesse. Voici son principal conseil : « Quand tu te lèves le matin, tu dois prendre ton cœur entre tes mains. Tu dois le faire chaque matin... Parle-lui doucement... Tu peux aussi murmurer : “Souviens-toi, souviens-toi”. »

Ce petit conseil semble aujourd’hui s'adresser à bien plus qu'aux personnes âgées. En ces froids matins d'hiver où le soleil se lève tard, se couche tôt et quand le vent souffle, de nombreuses personnes se réveillent pour relever des défis importants : certaines se rendent au travail dans des établissements de soins de santé où tout le monde est surchargé et épuisé par une pandémie qui s'est abattue sur nous par vagues incessantes; d'autres craignent de vivre une autre année dans un pays où la pluie ne tombe pas, alors que l'économie, elle, s'effondre; d'autres ont des blessures du passé, qui ne guérissent pas facilement; d'autres encore portent de lourds fardeaux, notamment ceux de l'isolement et de la solitude; enfin, beaucoup se réveillent chaque jour dans un climat de relations tendues au milieu de forces polarisantes qui cherchent à nous éloigner les uns des autres au lieu de nous rapprocher. 

L'expérience de la souffrance, de l'injustice, de fardeaux implacables, peut nous mener dans de sombres recoins de l'esprit, dans un profond découragement, où l'espoir est difficile à trouver. Les chants de Noël qui évoquent la joie et la bonne humeur peuvent nous sembler bien inaccessibles. Mais d'un point de vue religieux, ce temps de l'année nous offre aussi une parole qui peut nous rejoindre dans les lieux de profonds combats.

L'Incarnation, la naissance de Jésus, ne signifie pas que Dieu nous fait sortir du monde de la misère et de la souffrance humaines, mais qu'Il vient dans ce monde. Dieu, auteur d'un monde d'une immensité incommensurable où il nous a implanté, ne reste pas infiniment distant, mais, au contraire, s'approche éternellement.

Il y a quelques jours, des membres de ma famille, venus de l'extérieur, ont atterri à Regina. Nous nous étions vus fréquemment par vidéoconférence, mais mon petit-neveu de neuf ans a exprimé avec un enthousiasme joyeux ce que nous avons tous ressenti en revenant de l'aéroport, lorsqu'il a dit « maintenant nous nous voyons en chair et en os ». C'est une très bonne façon d’aborder ce que nous célébrons ici. Dans le langage poétique d'un écrivain spirituel (Nathan Mitchell), « Lorsque le Verbe s'est fait chair », Dieu « s'est inséré dans les battements de notre cœur en tant que corps, sang, souffle, os et pain. »

La naissance de Jésus, l'Incarnation, est la communion profonde de Dieu avec la condition humaine. Rien de ce que nous vivons en tant qu'êtres humains n'est étranger à Dieu, parce que Dieu est venu parmi nous, a marché avec nous et a expérimenté ce que c'est, au plus profond, d'être humain. Et dans la vie, la mort et la résurrection de Jésus, nous voyons Dieu apporter la guérison à ce monde blessé, non pas de l'extérieur, mais en étant là avec nous au-dedans. Notre monde brisé est un monde pascal, transformé et racheté par Dieu de l'intérieur.

Imaginez-le de cette manière : en Jésus, Dieu a pris le cœur du monde dans ses mains, et là, il nous parle tendrement, en murmurant à nos cœurs : « Souvenez-vous, souvenez-vous. Je marche avec vous. Je serai toujours avec vous, oui, jusqu'à la fin des temps. »  Alors, la prochaine fois que vous vous réveillerez dans un monde qui semble lourd et accablant, chargé de fardeaux qui peuvent paraître écrasants, demandez-vous si cette image de Dieu et le fait d'entendre l'enfant Jésus vous parler avec douceur de persévérance pourrait vous réconforter. Vous n'êtes pas seul. « Dieu est lumière; en lui, il n’y a pas de ténèbres. » (Jean 1, 5)

Joyeux Noël à tous!

Regardez le message vidéo ICI

News Category: Bishop's Desk

Page URL: http://archregina.sk.ca/news/2022/01/03/message-de-no%C3%ABl%C2%A02021-de-larchev%C3%AAque-bolen